Lors d’une allocution télévisée ce mercredi soir 28 octobre 2020, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’un confinement, le deuxième de l’année 2020, prenant effet ce vendredi 30 octobre sur l’ensemble du territoire métropolitain et en Martinique, et ce jusqu’au 1 décembre à minima.
Après avoir explicité la stratégie du gouvernement « Jamais la France n’adoptera la stratégie de l’immunité collective », le Président a déclaré vouloir mettre « un coup de frein brutal » à la seconde vague de l’épidémie de Covid-19 en France. Le reconfinement est cependant allégé par rapport à celui décidé en mars : « Les crèches, les écoles, les collèges et les lycées demeureront donc ouverts avec des protocoles sanitaires renforcés ». Le télétravail est à nouveau généralisé « partout où c’est possible », et les EHPAD et maisons de retraire restent ouverts aux visites. Les entraînements et les compétitions sportives continuent, mais à huit clos. Dans les universités, sauf exceptions, les cours en ligne deviennent la norme et les examens et concours peuvent se tenir avec un protocole renforcé.

Il est à nouveau nécessaire de se munir d’une attestation pour justifier les sorties. Les français pourront sortir seulement pour travailler, se rendre à un rendez-vous médical, porter assistance à un proche, faire des courses essentielles, prendre l’air à moins d’un kilomètre de son domicile, ou se rendre à une convocation juridique ou administrative. Les réunions privées en dehors du « strict noyau familial » sont « exclues », ainsi que les rassemblements publics. Il est impossible de se déplacer d’une région à l’autre. Les tribunaux restent ouverts et toute l’activité juridictionnelle est maintenue. Les commerces étant définis « non essentiels » sont fermés. Les parcs, les jardins, et les marchés alimentaires, les lieux de culte (sans cérémonies religieuses) restent ouverts.

Côté économie, un plan spécial en faveur des travailleurs indépendants, des commerçants, des TPE et PME est mis en place. Les salariés et les employeurs qui ne peuvent pas travailler continuent à bénéficier du chômage partiel. Le gouvernement compte également accompagner les entreprises qui entreprennent des démarches de numérisation afin de se moderniser, notamment pour l’instauration de services « à emporter » ou de livraisons. Pour les PME fermées administrativement, une prise en charge de 10.000€ par mois de la perte en chiffre d’affaires est prévue. De plus, il est possible de différer d’un an supplémentaire les remboursements de prêts pour les entreprises en difficulté.

Au niveau sanitaire, des tests rapides obligatoires du Covid19 sont déployés pour toute arrivée sur le territoire français et européen – dont les frontières restent ouvertes. De plus, les capacités de réanimation sont portées à 10.000 lits, soit un doublement du nombre initial. L’isolement des personnes positives doit être plus efficace, et c’est pourquoi « nous devons collectivement et beaucoup plus massivement déployer l’application TousAntiCovid », a déclaré Emmanuel Macron.
Face à ces annonces, de vives réactions témoignent des inquiétudes face à cette mesure qui immobilise à nouveau l’économie et le quotidien des français. Parmi eux, le syndicat des libraires a fait beaucoup de bruit ce week-end en dénonçant l’injustice de la fermeture des librairies. En effet, ces commerces trouvent déloyal le fait que les grandes surfaces et enseignes puissent rester ouvertes. En soutien, la Fnac qui reste ouverte à décider de fermer ses rayons relatifs à la culture. De plus, par solidarité, le prix Goncourt qui devait se tenir en novembre est reporté.
En réponse, Jean Castex s’est exprimé dimanche 1er novembre sur TF1 et a annoncé la fermeture des « rayons non essentiels » dans les grandes surfaces : « la vente des produits qui sont déjà interdits dans les commerces de proximité sera interdite dans les grande surfaces ».
Enfin, « La situation sera réexaminée et adaptée tous les 15 jours », a annoncé le Président.

Tiphaine Chatagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *