François Bayrou, était ce vendredi, mis en examen dans le cadre d’emplois présumés fictifs au sein de son parti politique MoDem.

MoDem : ni pour, ni contre, bien au contraire

Le MoDem existe depuis 2007, actuel héritier de l’UDF, dont le président et fondateur, François Bayrou est maire de Pau, il représente une force politique au centre. Ni de gauche, ni de droite, d’inspiration libérale et modérée, le parti a pu faire office de troisième homme aux élections. Jaloux de son indépendance, François Bayrou a souvent soutenu l’UMP sans chercher à s’y assimiler. Aujourd’hui, il est l’un des principaux soutiens d’Emanuel Macron et aurait pu continuer d’être garde des sceaux si la justice ne l’avait rattrapé.

Des accusations datant de 2017

En 2017, alors que le Front National (actuel RN) est soupçonné d’emplois fictifs, l’une de leurs députés, Sophie Montel, « dénonce » auprès de la justice, certains députés européens employant des assistants pour le compte de leur parti et non de leur travail au sein du parlement Européen. Par suite de témoignages et d’entretiens, une enquête est ouverte pour « abus de confiance » en juin de la même année. Plusieurs personnalités seront visées, notamment Sylvie Goulard, candidate malheureuse au poste de commissaire européen pour la France. Cette enquête voit donc son apogée par la mise en examen ce vendredi du président du MoDem.

François Bayrou : des rêves et des…illusions

François Bayrou n’a pas à rougir de sa carrière politique, vieille de presque quarante ans, député, conseiller général, Maire, ministre, président de parti politique, celui-ci peut se targuer d’avoir occupé de nombreuses fonctions. Sauf celle de président de la République, qui reste son ultime fantasme, et dont il était pourtant persuadé d’être un jour.

Or, cette mise en examen vient abîmer, et ses ambitions, et sa crédibilité politique. D’autant plus qu’à trois mois des élections municipales et compte tenu des nombreuses tentatives infructueuses dans sa conquête de Pau, c’est une annonce qui représente un obstacle de plus à franchir pour l’intéressé. En outre, cela compromet sa position de président du MoDem. L’avenir semble plutôt sombre pour M.  Bayrou. 

Quel avenir pour le MoDem ?

Second problème, le MoDem à l’instar de Debout la France ou la République en Marche est un mouvement politique structuré autour de son chef. Le MoDem n’existe que parce que François Bayrou en est le président. Un arrêt de sa carrière politique et l’avenir du MoDem semble à son tour compromis. En outre, cette affaire qui touche plus globalement de nombreuses personnalités du MoDem tend aussi à fragiliser le parti en tant que telle et sa crédibilité en France.

La majorité fragilisée

Autre problème soulevé par cette mise en examen, la majorité présidentielle est alliée au MoDem et François Bayrou fait parti des proches de M. Macron. L’affaiblissement des centristes et de M. Bayrou est un coup dur pour l’exécutif.

Exécutif qui doit par ailleurs se rendre d’ici quelques jours à Pau dans le cadre d’une visite du président de la république qui en a profité pour exprimer son soutien à un « ami » pour l’heure, « présumé innocent ».

G. D.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *