Assemblée nationale populaire Bejing

Vendredi 5 Mars a eu lieu la réunion de l’Assemblée nationale populaire annuelle à Bejing. La session a été lancée par le Premier ministre Li Keqiang, dévoilant un nouveau plan quinquennal de développement et des objectifs socio-économiques pour 2021. Ki Jinping et les autres dirigeants ont assisté à la réunion d’ouverture de la quatrième session de la 13e Assemblée populaire nationale organisée au Grand Palais du Peuple. Le gouvernement continue son défi de relance économique malgré une baisse inédite du produit intérieur brut de 6,8% au premier trimestre. Même avec le soutien à la fois monétaire et budgétaire, l’économie chinoise n’a pas pu stopper cette baisse vis-à-vis du coronavirus. Le parlement chinois reste d’autant plus actif quant aux dispositions mises en place afin de consolider son pouvoir mondial.

Li Keqiang a présenté un rapport d’activité avec l’appui du conseil des affaires d’État à l’APN pour délibération. En effet, Hong Kong a mis au centre du discours les projets des réformes qui devraient être faites afin de garantir le système électoral : “Protéger le patriotisme de Hong Kong”. Cette « protection » exprime, en d’autres termes, l’exclusion des opposants au gouvernement local mais également le fait de bannir les critiques communistes chinoises de la vie politique de Hong Kong. Ce principe de patriotisme révoque l’un des principes de base de la Loi fondamentale, basé sur la “mini-constitution“ de Hong-Kong.

Après la présentation du Premier ministre ainsi que le Vice-Président du Comité permanent parlementaire, ils ont soutenu la vision de garantir un système électoral même à travers ces réformes. Pour le Parti communiste chinois, cela signifie reconnaître l’excellence de son pouvoir.
Selon les médias de Hong Kong, le rôle actuel de la commission électorale semble être renforcé. Avec une composition de 1 200 à 1 500 voix, les partisans démocratiques devront tenir bon face à la majorité. Le journal Le Monde exprime cette disparité : “un comité électoral verrouillé”, les conseillers de district – à l’issue des rangs de l’opposition – perdront indépendamment leur pouvoir au sein du comité. Ses dispositions électorales et constitutionnelles cacheraient donc une forme de barricade contre les oppositions du Parti. La taille du comité de sélection du chef de l’exécutif de Hong Kong, passerait « de 1.200 à 1.500 membres, tandis que le nombre de sièges au sein du Conseil législatif, ou Parlement, de la ville serait porté de 70 à 90 », selon La Tribune.

Dans son discours où il a déclaré « les patrons “patriotes” sont des patrons soumis au Parti communiste chinois », Ki Jinping a insisté sur la vision de patriotisme des entrepreneurs. La loyauté de ces partisans montre le fonctionnement de l’économie du pays mais aussi le besoin d’appuyer les idées politiques de la Chine. « Le marketing de l’entreprise ne connaît pas de frontières mais les chefs d’entreprise ont une patrie » avait-il assuré en Juillet 2020. Le Président avait dès lors montré un rapport de force grâce au
« business » de la patrie et avait renforcé le commandement de Hong Kong.

L’unité impériale et la longue marche de Mao Zedong ont inspiré la résilience du patriotisme de Xi Jinping. Un retour aux sources pour accomplir un rêve de renaissance mondiale face à l’épidémie de la Covid-19. Sa déclaration du 22 Avril dernier n’a pas exprimé de déclin, ainsi toujours au centre des esprits chinois : « Les grands pas dans l’histoire sont toujours pris à l’issue de désastres. Notre nation, elle s’élève, se transforme dans l’adversité et l’épreuve. Le peuple chinois doit absolument affirmer sa confiance en sa culture », énonça Xi il y a bientôt un an, face au peuple de la province du Shaanxi.

Romane Dieu – 11/03/21

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *