scène festival

La ministre de la Culture Roselyne Bachelot annonçait, lors d’une réunion en visio-conférence le jeudi 18 février dernier, la réouverture des festivals dans les prochains mois. Une annonce qui suscite l’espoir d’un retour prochain de la culture, grande oubliée de la crise de la Covid-19.

Les lieux culturels étant complètement à l’arrêt depuis le 30 octobre 2020, date du reconfinement, 180 festivals avaient lancé l’appel “Festival 2021. Pourquoi on y croit !” fin novembre 2020.
Précédemment à son communiqué du 18 février, la ministre avait annoncé l’organisation de plusieurs concerts tests à Paris et Marseille dans les prochaines semaines après s’être accordée avec le directeur des Eurockénnes, Jean-Paul Roland.
Cependant, le mercredi 20 janvier, cette dernière a précisé que les salles de spectacle, cinémas et musées resteront fermés pour une durée indéterminée.
En effet, selon l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), le variant britannique pourrait être dominant d’ici le mois de mars.
Elle avait déjà manifesté son désaccord avec la mairie de Perpignan suite à la réouverture de quatre musées municipaux : «C’est tout de même curieux que le maire ne respecte pas les lois de la République et ne s’applique pas les règles à lui-même».

Des conditions d’ouverture particulières
Un protocole sanitaire strict sera donc de rigueur lors des rassemblements festifs cet été : pas plus de 5 000 personnes, en configuration assise. « Chaque spectateur serait muni d’un passeport salivaire intégré à l’application TousAntiCovid. Il aurait fait un test PCR 72 heures avant un test salivaire sur place. […] S’il est négatif, il peut entrer. » précise Marie Sabot, membre du Prodiss, le syndicat national des producteurs, diffuseurs, festivals et salles de spectacle musical et de variété.
Un premier concert test devrait se tenir à l’AccorHotels Arena de Paris en avril : « Notre objectif est d’organiser une expérience scientifique avec 3 000 à 5 000 spectateurs debout, masqués et non distanciés. »
Une initiative similaire avait eu lieu à Barcelone en décembre dernier, et le bilan était encourageant : selon les résultats des tests PCR, aucun participant n’a été contaminé.
La ministre de la Culture a cependant affirmé son refus d’imposer un passeport vaccinal pour entrer dans les lieux culturels. «Je reste opposée au passeport vaccinal qui me semble une atteinte à nos libertés. L’amoureuse des libertés que je suis a du mal à l’imaginer ! Si on en arrivait là, ce serait un recul».

Des aides prolongées
Dans un contexte de campagne de vaccination massive, le gouvernement a décidé d’œuvrer pour bâtir un modèle « résilient » de fonctionnement des lieux culturels. Un système reposant d’abord sur des étapes de réouverture progressive et aussi sur des protocoles sanitaires adaptables.
L’enjeu étant de permettre la réouverture les lieux culturels et de progressivement revenir à un fonctionnement normal dès la phase la plus aigüe de la crise passée. En effet, les pertes financières de la culture s’élèvent à 22,3 milliards d’euros pour 2020. La même tendance semble se poursuivre en 2021, menaçant la survie de nombreuses structures culturelles françaises.
Ainsi, le Premier ministre a décidé le 16 janvier la prolongation de l’accompagnement économique de l’État. Alors que le Gouvernement a déjà mobilisé plus de 5 milliards d’euros depuis le mois de mars 2020 sur les secteurs de la culture et des médias, 30 millions d’euros pour aider les festivals à tenir cet été, ainsi qu’un fonds de 15 millions d’euros pour accompagner la captation de représentations culturelles (théâtre, musique, danse…) seront déployés. “Ces captations permettront de toucher un public plus large, même si elles ne remplaceront jamais l’expérience du spectacle vivant”, a ajouté la ministre de la Culture dans un tweet.
Seront de même prolongés et améliorés le fonds de solidarité, les exonérations de charges sociales et le recours à l’activité partielle.
Malgré cette première tentative d’un retour progressif à une situation normale, Roselyne Bachelot met en garde contre l’inquiétante croissance du nombre de cas liés aux variants du virus.
La visibilité du gouvernement sur la situation sanitaire pour les mois à venir n’est pour le moment toujours pas assurée.

Laora Hoek – 25/02/21

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *