Après plusieurs apparitions dans les médias cette semaine, la première Dame parisienne laisse planer le doute quant à une potentielle candidature aux élections présidentielles de 2022. Celle-ci laisse délibérément le flou sur ses intentions, tout en montrant son intérêt pour les échéances présidentielles en rétorquant ce samedi qu’elle « prendrait sa part ».

Plusieurs allusions ambiguës

Interviewée sur BFM-TV le 21 Novembre, puis par Libération le 26 Novembre, ou encore sur l’Obs le 2 décembre, Anne hidalgo multiplie les interventions médiatiques. Du côté de ses proches, on n’hésite pas à mettre en avant les ambitions potentielles de la maire de Paris. Quand on demande à Emmanuel Grégoire, son bras droit, si Anne Hidalgo sera candidate, celui-ci répondra que « c’est une idée intéressante ». En coulisse, « ça travaille » confie l’un de ses adjoints. En effet, la maire de Paris consulte des responsables politiques, des acteurs de la société civile, des intellectuels. Des tables rondes sont même organisées pour œuvrer à l’élaboration du programme. Chez les proches d’Anne Hidalgo, il se dit que les choses pourraient s’officialiser à l’été 2021, à moins d’un an de l’échéance. En attendant, la maire de Paris affine son discours, comme en s’en prenant régulièrement aux écologistes, dont elle juge trop peu clair le discours sur la République, « C’est un élément d’affirmation politique ».

Une candidate des plus pertinentes pour les socialistes

Ayant vaincu la République en Marche, les Républicains et en faisant passer les Écologistes au second plan grâce à sa victoire aux dernières élections municipales de 2020, Anne Hidalgo a su donner du crédit à son image, à ses actions. Sa réélection haut la main a été un déclic, raconte son entourage. « Sa réélection a eu un effet libérateur. On est aujourd’hui dans un contexte favorable où elle a envie d’ouvrir toutes les possibilités », constate Patrick Bloche, adjoint chargé de l’éducation. C’est la raison pour laquelle les socialistes la considèrent comme une candidate de choix pour les élections présidentielles mais aussi faire concurrence à gauche contre les écologistes de Yannick Jadot et la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. Un récent sondage la place même en bonne position des intentions de vote face à ses homologues de gauche. La stratégie d’Anne Hidalgo c’est d’abord “tout faire pour rendre sa candidature possible, et ensuite ne pas y aller si les conditions de la victoire ne sont pas réunies” dira un haut responsable du Parti Socialiste.
Reste à voir si ces rumeurs vont devenir réalité et s’officialiser d’ici l’été 2021…

Louis Chauffour – 11/12/20

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *