« Macron est trop jupitérien, parfaitement déconnecté de la vie des gens » Interview de Natacha Jacquemard – INITIATIVE DEMOCRATE

Natacha Jacquemard, présidente et fondatrice du think-tank Initiative Démocrate, nous a accordé un entretien le 11 mars dernier (dans un bar lyonnais) en compagnie de Céline Trauvetter, Vice-Présidente de ce jeune laboratoire d’idées.… et cecialors même que le «confinement » n’était pas encore décrété dans notre pays.

Voici ce qu’il a été évoqué lors de cet échange.

Sur le mouvement :

Initiative Démocrate est-il un parti politique, en plus d’être un think tank ? 

J’ai choisi de dissoudre le parti politique que j’avais fondé en 2018, notamment en raison des lourdes obligations administratives et financières liées au bon fonctionnement d’un parti politique en France, surtout si ce dernier ne peut bénéficier de financements publics puisque par essence, il ne dispose pas encore d’élus de la République. 

Par ailleurs ma volonté de participation politique étant plus basée aujourd’hui sur la réflexion, plutôt que dans une logique électoraliste, j’ai choisi de transformer cette initiative en laboratoire d’idées. Mon objectif est d’apporter des textes, des éléments de réponse et des pistes de réflexion à l’intention des forces politiques en présence. De plus, je continue de recruter des personnes, compétentes, de terrain, démocrates, désireuses de construire ces premiers fondements.

Combien y’a t- il de membres ? Quel est l’objet d’Initiative Démocrate ? Comment définir ce mouvement ?

Il y a une quinzaine de membres, nous sommes organisés par domaines (Sécurité, Santé, Education…). Les directeurs de domaine s’entourent de collaborateurs et produisent les textes et réflexions de notre think tank, dédiés, comme nous l’avons déjà dit, à alimenter et nourrir les propositions politiques des partis en présence.

Quelle sont vos visées ? Vos idées pour faire progresser le mouvement ?

Pour faire progresser le mouvement, il y a par exemple la diffusion d’un certain nombre d’interviews, et de textes fondateurs. Également, il est important pour nous de finaliser la construction du site internet pour l’alimenter en écrits, essaimer partout, continuer à recruter…

Enfin, il y a un objectif politique éventuel mais pas pour le moment.

Sur la politique française :

Quel est votre avis sur la politique du Président en général depuis son arrivée à l’Elysée ?

Je pense que le Président de la République est extrêmement intelligent. Il a généré beaucoup d’espoir en promettant la transition entre le vieux et le nouveau monde, mais il est parfaitement déconnecté de la vie des gens. Il est dans une bulle qui l’empêche de prendre les bonnes décisions.

Trop Jupitérien, trop isolé, il a fini par reproduire la politique de l’ « ancien monde »… 

Edouard Philippe se présente aux municipales avec comme affirmation de terminer son mandat s’il est élu maire, est-ce selon vous une bonne manière d’agir ?

On doit avoir une responsabilité nationale ou bien locale. Ce n’est pas montrer l’exemple, en ayant un comportement égo – centré, en voulant sauver son strapontin électoral pour l’avenir, c’est faire peu de cas de sa fonction gouvernementale… Il faut donc faire un choix entre sa responsabilité nationale ou sa responsabilité locale, on ne peut pas tout avoir, comme le dirait Céline, « on ne peut pas être au four et au moulin ». Ça ne montre en aucun cas l’exemple à la jeunesse… 

Sur le coronavirus :

Le dispositif pris par l’Etat est-il suffisant selon vous ? Que faudrait t- il faire ou prévoir dans le meilleur des cas ?

Natacha Jacquemard – Aujourd’hui, ce n’est pas suffisant. C’est un virus que l’on connaît mal, avec une transmission rapide, et qui mute assez rapidement. Il présente des formes assez agressives (pas seulement pour les personnes âgées), donc pourquoi ne pas établir des règles aussi draconiennes qu’en Italie ?

Céline Trauvetter – Cela est suffisant si le principe de précaution est bien respecté. Tout fermer pendant 15 jours, si les français jouent le jeu, si ça peut temporiser, mais pourquoi-pas être plus draconien ?

 Il y a un traitement qui arrive et qui devrait changer la donne, face à un virus connu mais qui mute. Est-ce que c’est un virus saisonnier, cela n’est pas si sûr, il y a pas mal d’inconnues.

Natacha Jacquemard – La notion d’économie pèse très lourd dans la balance. De plus, autoriser 3000 supporters italiens à Lyon, c’est se moquer des français, et c’est malheureusement représentatif de l’action du gouvernement qui manque de cohérence. À Taiwan, où il y a une quarantaine de cas, des mesures plus strictes ont été prises, comme la suppression des vols internationaux, entre autres.

Il faudrait reporter les élections municipales, les maintenir c’est occulter l’échec de La République en Marche… Il faudrait les déplacer car c’est extrêmement dangereux.

On essaie de ralentir, d’anticiper avant ce fameux pic parce que les hôpitaux ne sont pas prêts. Nous sommes en train d’essayer de libérer des lits, de faire appel à la réserve sanitaire, c’est-à-dire des étudiants et médecins en retraite qui viennent participer à l’effort. 

Il est nécessaire de réserver l’hospitalisation aux cas sévères, et il ne faut pas oublier qu’il n’y a pas que le coronavirus dont souffrent aujourd’hui nos concitoyens.

Céline Trauvetter – C’est déjà le cas, le problème est connu depuis un moment. Si l’on rajoute le corona à un système épuisé… Chez les professionnels, plus rien ne fonctionne depuis au moins 1 an et demi (grèves, appels…) Aujourd’hui, il y a quelque chose d’inconnu.

Natacha Jacquemard – Avec les mutations, on ne sait pas vers quel type de morbidité on va. Le virus transmis se multiplie, avec des accidents de séquençages à répétition… On ne sait pas….

Le virus est une entité avec un code génétique. Il se multiplie avec des erreurs de codification. C’est là qu’apparaissent les mutations.

C’est là que la situation peut terriblement s’aggraver.

Face à la grippe qui a fait en moyenne 10 000 morts l’année dernière, pourquoi autant de précautions sont-elles prises pour le coronavirus ? Que cela traduit-il ?

Natacha Jacquemard – En 2019, la grippe a fait 10 000 morts. Le virus dont nous parlons n’est pas parfaitement connu, ni son évolution…

Céline Trauvetter – Pour la grippe, il y a un vaccin, donc il y aurait beaucoup moins de problèmes si les gens le faisaient. Ça atténue énormément le risque. La souche n’est pas la même, et le Covid-19 est en mutation. Il y a beaucoup de coronavirus, et l’on fait un flash sur ce virus, qui a plus de 100 déclinaisons… Il faut prévoir les différents cas de figure.

Les grands médias sont-ils à l’origine de l’accroissement de l’inquiétude des français en consacrant l’entièreté du temps d’antenne au coronavirus ?

Au début, on en parlait beaucoup, mais l’on proclamait que l’on ne risquait rien, que c’était bénin. Aujourd’hui, il y a un climat anxiogène car les médias ne parlent que de cela. 

Sur le taux de contamination, il y a une crainte que les foyers se mettent à flamber en masse ; il pourrait y avoir 4 millions de cas, et même 5 à 10 millions selon différentes projections…

Sur la comparaison avec la grippe espagnole ? (Epidémie mondiale ayant fait plus de 50 millions de décès il y a un siècle, à la fin de la première guerre mondiale).

On se sent protégés par notre système de santé, par le progrès, alors qu’il y a un risque…

Les chinois sont disciplinés et ont respecté le confinement total, bien avant le pic mondial de l’épidémie…

Quant au vaccin, traitement ?

 Ça arrive, les experts communiquent entre eux, et il y a un traitement très prometteur.

Que dire de la jeunesse ?

La jeunesse est l’avenir, ça a toujours été le cas.

 La démocratie régresse, et au-delà de ça, le gouvernement a un comportement autocentré.

Sur le climat, et les problèmes environnementaux, il y a une accélération du phénomène, due à l’activité humaine comme on peut le prouver. La jeunesse est favorisée de façon élitiste. Si l’on monte une start-up, ce sera plus facile d’avoir des financements publics, que si l’on est étudiant en histoire de l’art, à cause de la volonté d’élitisme. Macron a dit : « Tous les jeunes devraient avoir envie d’être milliardaires ». Sa politique est résumée dans cette phrase.

Il est aussi important de préserver la culture l’épanouissement personnel et non de former systématiquement des élites à des fins de profits financiers. Il faut valoriser tous types de profil, ceux qui font des études d’art, de commerce, de droit, du bénévolat en Afrique…

Lors d’une réunion tenue, des jeunes m’avaient dit : « la politique on ne s’y intéresse pas plus qu’elle ne s’intéresse à nous ». 

6 commentaires “Natacha Jacquemard – «Macron est trop jupitérien, parfaitement déconnecté de la vie des gens» – INITIATIVE DEMOCRATE”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *